FANDOM


Ticci Toby ou Tobias Erin Rogers de son vrai nom est un adolescent souffrant de divers troubles mentaux, notamment le syndrome La Tourette qui lui provoque des tics incontrôlables et des spasmes. Il est aussi bipolaire et sans doute schizophrène. Il est également montré comme hyperactif.

Histoire

Toby a grandi avec plusieurs troubles mentaux au cours de son enfance, ce qui l'on empêché de s'adapter aux «personnes normales». Il a été constamment harcelé par ses camarades de classe pour ses tics incontrôlables et a finalement été jugé inapte pour avoir un enseignement dans une école publique qui l'entoure, alors il a changé en homeschooling. Alors qu'il recevait beaucoup de soutien de sa mère et de sa soeur Lyra, son père n'était qu'une influence négative pour son fils. Après s'être perdu dans l'alcool, les drogues et les jeux de hasard, le père de Toby devenait de plus en plus violent envers sa famille, en particulier envers Toby. Quand Toby avait dix-sept ans, lui et sa soeur ont été impliqués dans un accident de voiture tragique qui a entraîné la mort de Lyra. Les symptômes de Toby se sont considérablement aggravés à cause de cela; Il a perdu son appétit pour la nourriture, est devenu encore moins social qu'avant et a lentement commencé à perdre ses souvenirs. Dans la nuit où il est rentré de l'hôpital, Toby a vu le Slender Man le regarder de la rue. Slender Man a tenté à plusieurs reprises Toby partout où il est allé tout au long des semaines suivantes, ce qui a amené Toby à avoir plusieurs hallucinations visuelles et auditives. Préoccupé par la sécurité de son propre fils, la mère de Toby l'amène à un psychiatre pour l'aider à faire face à son trouble de stress post-traumatique. Le lendemain, Toby rêve du cadavre de sa sœur, suivi d'une attaque par le Slender Man. Alors que Toby descendait les escaliers, il entendait des voix lui dire de tuer son père. Il ne pouvait finalement plus ignorer les voix et a une panne mentale complète. Après une brève lutte avec son père, Toby a remporté le dessus et a frappé violemment son père face à sa mère. Dans une tentative désespérée d'échapper à la police, il a mis le quartier en feu comme une distraction, mais a été rapidement entouré par les flammes, la partie droite de sa bouche fut alors brûlée tout comme ses deux mains qui furent elles aussi brûlée il courut alors chez lui et prit un masque et des lunettes à verres jaune pour cacher son visage et son identité, il prit aussi des gants noir et deux haches, une au manche marron et l'autre au manche jaune.Tout comme il voulait donner à sa mort inévitable, le Slender Man se téléporte devant lui et l'enregistre. Deux semaines plus tard, la mère de Toby a écouté une nouvelle sur les meurtres de plusieurs adolescents. Le principal suspect est Toby en raison de l'apparition d'une de ses mauvaises herbes sur la scène du crime. Cela marque le moment où Toby devient officiellement un proxy de Slender Man.

Il existe une autre version de cette creepypasta d'ailleurs. Dans cette dernière, Tobias se dispute fortement avec ses parents et sa sœur et met le feu à sa maison par la suite. Sa famille meurt mais lui s'en tire avec uniquement les mains brûlées. Mais par la suite, il se retrouve hanté par le fantôme de sa soeur et en essayant de lui échapper, entre dans ma magasin et vole deux haches avec lesquelles il tue une parfaite inconnue qui avait, apparement, le visage de sa sœur. Un policier lui aurait tiré dessus après avoir assisté à la scène et la balle lui aurait dechiré la joue droite revelant partiellement sa dentition du côté droit. Toby aurait fuit dans la forêt pour échapper au policier où il serait devenu un proxy de Slender Man.

Il existe aussi une autre creepypasta avec Ticci Toby décrivant plus son mode opératoire que voici:

Le week-end dernier après une fête entre amis, je suis rentrée chez moi à pied. Bien sûr, la plupart des gens trouveraient cette ville effrayante de nuit : pendant que la brise soufflait, des bruits de grincements se faisaient entendre. Je suis passée sous un drapeau qui flottait harmonieusement au vent. Mais je connais très bien la ville, si ce n'est dire par cœur.  Je n'avais pas à avoir un couteau dans ma poche, je me sentais assez habile et forte. Je n'étais pas effrayée pour rien.

Je ne pensais pas à grand-chose quand je suis passée sous un réverbère dans l’allée à travers laquelle mes amis et moi courrions souvent. J’ai simplement jeté un coup d’œil, et ai vu une ombre de dos, qui regardait probablement  dans les poubelles à la recherche de quelque chose. Je n’ai pas vu sa figure. Cependant je n’ai pas loupé le craquement immonde de son cou quand il tourna sa tête sur le côté, comme une chouette. J’ai vivement reculé, à la fois amusée et choquée. Je suppose que c’était une réaction inhabituelle pour une adolescente, après avoir assisté à un tel spectacle. Mais je crois que je suis bizarre en général.

J’ai rigolé à cette pensée et ai continué à marcher sur le côté, mes bottes claquant sur le sol bétonné à un rythme soutenu. Je regardais droit devant, tout en songeant que j’aurais encore la maison pour moi toute seule cette semaine. Ma mère travaillait de plus en plus, me laissant souvent seule à la maison.

C’est la nuit. Tout autour de moi a commencé à devenir tiède, pendant que je me laissais emporter dans le doux monde des rêves. Vous savez, ce sentiment de calme lorsque vous savez que vous allez dormir et que vous vous sentez simplement comme si vous alliez vous reposer.  Tout est en paix, vous êtes parfaitement bien, des pensées traversent votre esprit de temps à autre, accompagnées par de brèves petites scènes de la vie, comme des morceaux de film. Je ne m’extasiai pas longtemps sur ces images, car je me suis soudain sortie de ma torpeur. J’ai ouvert les yeux et je me suis assise sur le lit. J’ai cligné des yeux un moment, jusqu’à ce qu’ils s’ajustent parfaitement à l’obscurité. 

Je suis restée comme ça un moment, me demandant ce qui m’avait réveillée. Je me rallongeais déjà dans la tiédeur de mes draps lorsque j’entendis un son qui attira mon attention.

Crrrac-ckkk-crakack

Ce n’était pas très fort, ça devait venir d’en bas et sûrement à cause du chat. Stupides animaux. Je détestais quand le chat me réveillait. J’ai roulé des yeux, irritée avant de me recoucher sur le matelas qui m’accueilli mollement. Mon oreiller était froid, j’ai glissé ma main sous lui avant de me rendormir.

Le son ne s’arrêta pas. Et au lieu de continuer de manière irrégulière, il continuait de manière… prévisible. J’ai commencé à l’écouter, et au bout d’un moment je pouvais dire quand le craquement allait arriver. 

Mais c’est quoi ce truc ?

Je me suis rassise, les draps collaient à ma peau à cause du stress et je gardais une main près de moi alors que l’autre cherchait le couteau sur ma table de chevet. Ma main le trouva et je m’agrippais à lui. J’étais sûrement en train d’exagérer mais au moins je me sentais rassurée.

J’essayais de penser aux différentes choses qui auraient pu produire ce bruit, puis soudain, je m’en suis rendue compte… ça se rapprochait. J’ai serré le couteau de plus belle. Ca se rapprochait bel et bien, presque comme s’il marchait dans l’allée.

Marchait.

Dans. L’allée.

Marchait.

Ce simple mot a semblé me mettre un autre son en tête, comme si en fait, le lent bruit des pas commençait à s’approcher de ma chambre. Ca ne faisait pas de doute dans mon esprit, il y avait quelqu’un dans ma maison. Je pouvais sentir des picotements immondes se propager dans mon cou et hérisser mes cheveux. Ma vue se troubla, pendant que mon cœur déchargea une dose d’adrénaline dans mon corps. J’étais paralysée comme une statue de marbre, je ne respirais même pas mais je sentais mon corps bouger sans mon consentement. Les battements de mon cœur étaient lents et forts, je pouvais sentir chaque pulsation dans mon corps. J’étais effrayée qu’ils puissent être aussi forts de peur que cette personne en bas puisse les entendre.

Je suppliais mon corps de bouger, comme j’essayer de chasser mes pensées du brouillard de mon esprit. Que devais-je faire ? Me cacher ? Courir ? M’embusquer et traquer l’importun ? Je suis sortie du lit et j’ai vu l’ombre de deux pieds sous la porte. Je me suis collée contre le mur.

La porte s’ouvrit dans un grincement, et j’étais de nouveau gelée sur place. Mon sang continuait de battre à travers mon corps pendant que des sueurs froides venaient me geler. Les gonds crissaient pendant son ouverture, et apparut  une silhouette qui se tenait sur le pas de la porte. Ma bouche ne fonctionnait plus. J’essayais de hurler, d’appeler à l’aide mais les mots ne sortaient pas. J’étais paralysée.

Je n’aurais pas dû penser aussi profondément mais cette silhouette me rappelait quelque chose. Je rentrais chez moi. Dans l’allée. La poubelle. Le craquement de la tête. Le vêtement qu’il portait. C’était le même qui se tenait devant moi à présent. La capuche de son sweat bleu foncé couvrait sa tête, mais sa peau gris pâle ressortait sous l’éclat morbide de la lune. Ses yeux étaient couverts par des lunettes à teint orange. Sa veste kaki était couverte de sang. Ca a envoyé une autre décharge électrique dans mon dos. Mes pupilles se rétrécirent, je ne savais pas quoi faire. Mon esprit me hurlait de m’enfuir, mais mes jambes ne répondaient pas.


« Non », fut la seule chose que je réussis à dire avant que ma bouche ne se referme à nouveau. Il s’apparentait à un homme. Sa figure était cachée par tous ses vêtements, plus une sorte de cache-col remonté sur son cou et sa bouche. Il s’est  approché à pas feutrés de moi puis s’arrêta. Il mit un doigt devant ses lèvres.

« Chuut. »

J’ai reculé jusqu’à mon lit, pressant mon dos contre la barre de bois. Je serrais mon couteau si fort que mon poing devint blanc. Mon regard se porta bientôt sur que ce que le garçon avait en main. Je réprimais un frisson, son arme surpassait la mienne. Et de par le sang qui en coulait je supposais qu’il avait plus d’expérience aussi. 

L’intrus tenait une hache dans sa main. Du sang en coulait et éclaboussait le sol. Je pouvais bouger de nouveau. Malheureusement ma tension se relâcha et mon couteau glissa sur le sol avant de tomber sur le parquet.  Je déglutis tandis que le son arrivait à mes oreilles… Non !

« Chuut… » Dit-il de nouveau en avançant de plus belle vers moi. Quand son pied toucha le sol à nouveau, son cou se tordit dans un angle inhumain, et j’entendis ses os craquer contre ses tendons. Il ne comptait pas s’en aller. Je n’allais pas bouger. J’allais attendre. Et ce… truc devra s’y faire. Mon cœur faisait le bruit du tonnerre et sortait presque de ma cage thoracique, tandis que ma vision se brouillait due au manque d’oxygène. Mes poumons se refusaient à accepter de l’air.

Sa tête était à présent à un angle de 50 degrés de plus que la normale, et il sursautait parfois en avançant vers moi, pas à pas j’entendais ses os craquer de plus belle, répétant ce son familier.

« Chuut ! » dit-il encore une fois, il était à présent à un pas de moi. Il souleva son bras avec la hache, ma vision vacilla, mon corps était lourd. Mes jambes tremblaient. Mon Dieu, je pouvais sentir mon être entier bouger. La hache s’approcha de moi, lentement. Je le sentis entrer dans mon estomac, la lame simplement posée en moi. Je ne pouvais plus tenir, et soudain je sentis une main sur mon épaule qui me tenait fermement tandis que la lame mal taillée entrait en moi et perçait mon ventre. J’agonisais instantanément et pour la dernière fois mon corps se raidit dans une combinaison de choc et de terreur. Je vis des étoiles noires et blanches pendant que la douleur s’emparait de moi, la dernière chose que je vis fut une paire de talons hauts argentés et une flaque de mon propre sang, qui coulait vers ces chaussures.

Ensuite mon monde devint noir et engourdi.

Personnalité

Bien que Toby ait habituellement une personnalité hyperhabitante et hyper, il peut parfois être très sarcastique et il perd parfois le contrôle de ses émotions en raison de son trouble bipolaire. Il peut changer d'être très émotif à être en colère ou heureux en un instant, ce qui rend très difficile de lui parler parfois. Malgré cela, il peut être amical envers certaines personnes et il est un créateur de naissances naturelles.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.