FANDOM


https://lima480.deviantart.com/art/Commission-17-Raven-717171246

                                                              https://marie-lo.deviantart.com/art/Raven-710902438



Les pavés froids et humides du trottoir salissaient ses petites chaussures de petite fille de 10 ans. Sur le chemin de l'école, elle partageait moult pensée avec son ami qu'elle connaissait bien et avec qui elle avait partagé de nombreux bons moments. Tous les passants qui croisaient son regard ne purent empêcher un petit sourire sur leur visage lorsque leurs yeux croisaient les siens d'où brillait une âme innocente et pure. Le vent, lui-même amoureux, portait pour elle ses doux cheveux bruns qui virevoltaient avec grâce. Et sa robe violette affinait son corps jeune et innocent. Cette fille portait le doux prénom de Manon. La journée se passât on ne peut mieux, elle avait de nouveau eu une bonne note à l'école, c'était une enfant-modèle. Elle avait encore joué et raconté ses vacances avec tous ses amis, qui restaient admiratifs devant tous les exploits qu'elle avait bien pu accomplir. Sur le chemin du retour, tandis qu'elle salua son ami aux cheveux roux et au t-shirt portant le symbole Illuminati, qui disparut dans une autre rue, elle continua sa route vers sa maison où elle pourrait venter sa nouvelle bonne note auprès de ses parents. Elle sautillait dans la rue et regardait les voitures qui passaient. C'était un jeu pour elle. elle gagnait un point lorsque deux voitures de la même couleur se suivaient. Elle vit une voiture rouge, puis une bleue, puis une rouge à nouveau. "Ça y était presque" s'exclama-t-elle en grimaçant légèrement pendant un court instant. Puis elle continua de marcher jusqu'au prochain carrefour. Une voiture bleue, puis une rouge, puis une grise, puis une blanche. Elle regarda d'un œil curieux cette étrange voiture. Et elle y vit sur le côté le portrait d'un oiseau. C'était un aigle . Ou un corbeau ? En tout cas elle le trouvait très joli. Mais ce n'était qu'un détail parmi le vaste paysage qui l'entourait et avec qui elle prêtait une grande attention à chaque détail. Comme si, en scrutant le ciel, où les maisons, elle était persuadée au fond d'elle-même qu'elle allait découvrir de nouvelles choses. Et la découverte faisait partie d'un de ses jeux favoris. Arrivée au carrefour, elle s'arrêta au feu, devant le passage pour piétons. Il n'y avait pas à dire, cette petite avait reçu une éducation impeccable. C'est d'ailleurs pourquoi ses parents la laissaient aller et venir à l'école d'elle-même, sans surveillance. Ils avaient confiance en elle. Passé le passage, elle bifurqua dans la petite rue qui allait l'emmener chez elle. Une petite rue où il n'y avait habituellement personne. Dans ce paysage qu'elle connaissait pourtant parfaitement. Une tâche blanche lui semblait pourtant inconnue. Cette tâche n'était autre qu'une voiture. C'était suspect pour elle. Malgré son âge, elle savait pertinemment que les voitures n'avaient pas le droit de circuler dans cette ruelle réservée uniquement aux piétons. Ses parents avaient dû lui dire une bonne centaine de fois. Elle passa près de la voiture doucement. Presque sur la pointe des pieds. En baissant la tête et en regardant du coin de l'œil cette voiture, même si ses cheveux cachaient une partie de sa vue. Quelle ne fut pas sa surprise de sentir une main froide et puissante saisir son épaule et la retourner pour qu'elle puisse voir son agresseur. C'était un homme dont la taille laissait présager sa quarantaine d'année, même si son visage était caché par un masque à gaz, ses cheveux en disaient long à son sujet. Il portait une étrange blouse blanche. Manon voulut crier mais les mains dures et ridées de l'homme l'en empêchaient. Il avait couvert la bouche et le nez de la jeune fille d'un mouchoir imbibé de chloroforme. Elle se débâtait de toutes ses forces mais ses petits bras ne pouvaient rien contre la musculature puissante de son agresseur. Elle voulait crier mais c'est à peine si elle pouvait encore respirer. Et plus les secondes s'écoulaient, et plus elle sentait ses forces l'abandonner. Et plus elle sentait ses paupières s'alourdir jusqu'à cacher entièrement sa vision. En quelques instants, le paysage avait pris une couleur noire. Noir comme les plumes d'un corbeau.

Peu à peu, les couleurs commençaient à lui revenir doucement. Elle ouvrit les yeux difficilement. Elle découvrit alors un paysage qu'elle ne connaissait pas, son réveil fut assez dur pour la perturber un court instant mais lorsqu'elle reprit ses esprits, elle reconnaissait l'endroit dans lequelle elle se trouvait. Il s'agissait d'un étrange laboratoire. Même si elle avait repris ses esprits, sa vue était encore trouble, ainsi que son ouïe. Mais cela n'était pas dû à des problèmes venant d'elle. Elle leva la main lentement et sentit se coller contre sa paume une plaque en verre froide. Elle se trouvait dans une sorte de bassin verticale. Et d'étranges tubes qui venaient du haut du bassin étaient plantés sous sa peau et l'empêchait de bouger. Elle tenta de se débattre mais ces tubes lui faisaient mal. En regardant autour d'elle, elle aperçut un corbeau qui visiblement subissait le même traitement. Elle le regarda avec peine, l'animal était encore endormi. Ou bien était-il mort ? Elle ne le savait pas. Mais la vision de cette pauvre bête dans cet état lui aurait presque donné la larme à l'œil si elle n'était pas déjà assez préoccupée par son propre sort. Un bruit venant de l'extérieur du bocal trompa le silence qui pesait sur cette salle glauque. Elle vit un homme, habillé de la même blouse blanche que son agresseur, entrer dans la salle. Cette fois le visage découvert, malgré l'eau qui brouillait sa vision, elle put reconnaître cette chevelure. C'était bien son agresseur. Était-il un scientifique ? allait-elle subir des tests tous plus douloureux les uns que les autres ? Elle sent une étrange sensation parcourir tout son corps meurtri par les tubes qui la maintenaient pourtant en vie dans cet environnement aquatique. Un frisson. De la peur. Son oppresseur esquissa un large sourire en la regardant flotter, pendue par des milliers de tubes violets. Il se moquait de la peur qui brillait dans ses yeux. Il s'assit sur une chaise, affalé, en la regardant trembler et frissonner de peur, attendant la suite des événements. Il appuya sur un simple bouton avant de se lever et de marcher lentement, les mains derrière le dos, avançant jusqu'au bocal qui retenait la jeune fille prisonnière. À peine avait-il effleuré de son doigt crochu le bouton rouge qu'elle ressent une douleur fulgurante traverser tout son corps. C'était une douleur si forte que qui conque pouvait la ressentir ne serait pas en mesure de la décrire. Elle hurla mais personne ne l'entendit. Ses muscles se raidirent tous en même temps, elle ne pouvait plus bouger, c'était comme une immense décharge électrique. Et pendant que la douleur tiraillait son corps, elle vit une multitude d'images défiler devant ses yeux. Des images horrifiantes. Des squelettes gisant sur le sol. Des personnes qu'elle n'avait pourtant jamais vu qui la regardait avec peine et douleur tandis que, de leurs yeux s'écoulait une grande quantité de sang. Des tombes, un cimetière dans un paysage gris, le ciel était si nuageux qu'il en était sombre, et de toutes les tombes jaillissaient une multitude d'oiseaux au plumage d'un noir si sombre qu'on croirait pouvoir y tomber et ne plus jamais en sortir. Des milliers de gens sur le sol, se vidant de leur sang. C'était un calvaire interminable qui ne dura pourtant que quelques secondes. Lorsque tout fut terminé, elle entendait encore les cris de peur, les plaintes, les déglutitions des gens qu'elle voyait jusqu'à maintenant. La douleur était enfin partie. La tête baissée et les yeux fermés, elle pleurait, traumatisée parce que qu'elle venait de vivre. Et puis ses yeux se relevèrent et sa vision, encore entrecoupées d'images sordides, et d'une étrange vision, comme si ses yeux étaient à un autre endroit dans la pièce, laissaient percevoir son visage transformé dans le reflet du bocal. Ses cheveux soyeux étaient coupés et lui arrivaient jusqu'à ses épaules. et ses yeux étaient devenus noirs. Puis ils reprirent leur couleur d'origine lorsqu'elle cligna des yeux. Elle regarda avec horreur son nouveau corps, un corps de femme adulte. Son innocence et sa beauté enfantine n'étaient plus qu'un souvenir lointain. Et de ses yeux s'écoulèrent à nouveau des larmes d'une tristesse profonde. L'homme la regarda avec un petit sourire

-tu as vu? ton corps es beaucoup mieux maintenant. Je t'ai créé pour que tu m’obéisses tu es à moi ma création et je vais t'apprendre à te servir de ce que je t'ai donné " elle reprit ses esprits, retrouvait sa vue elle vit cet homme qui lui a fait tant de mal. Il appuya encore sur un bouton et le tube qui la retenait se décolle de sa peau et elle sentis une grande douleur puis l'eau se vida -tu vas découvrir tes «pouvoirs» dit l'homme en regardant la pauvre fille essayant de reprendre son souffle car seuls les tuyaux l'alimenter en air -mes pouvoirs " ? Elle tremblait de peur et espérant que tout ceci n'est qu'un horrible cauchemar -oui tu es un monstre ! Tu vois ce corbeau? Il montra du doigt un corbeau, il était noir comme la nuit jamais elle n'avait vu cet animal d'aussi près -O-oui? Elle voulait que tous se finissent, que tous sois dû à un coma ou un simple évanouissement, elle répétait sans cesse dans sa tête " réveilles-toi! Mais en vain. Elle regarda cet animal encore une fois. Le pauvre corbeau était allongé ses tubes aussi était décroché de lui et respirât comme il pouvait, la jeune fille le regardât avec peine et le prix dans ses bras lui aussi avait perdu son enfance? L'homme regardât aussi le misérable corbeau -tu peux le contrôler voir à sa place mais tu auras les yeux noirs et tu as encore 2 choses plus complexes à te servir -pitiez libérez-moi... -non! tu crois que je vais t'aider!? Tu es un monstre mon monstre! Tu vas m’obéir et je ferai de toi une chose invincible! L'homme avait un regard menaçant il la regardait comme un chien la jeune fille pleura elle se sentit faible et eut envie de partir elle sentis des picotements dans ses mains elle les regardât, vis ses mains petit à petit devenir noir comme les pattes d'un corbeau elle les regarda surprise elle bougeait ses mains et vis de grands ongles acérés elle prit grand soins à ne pas blessé le corbeau. Elle baissait la tête. Tout était mélangé dans sa tête. l'homme était impatient de tester son nouveau monstre. Il avait eu plein de matériau illégal d'un ancien laboratoire, il c’était exercer sur des humains ou animaux mais aucun ne correspondait et il avait horreur de faire des erreurs, il voulait un spécimen parfait quelqu'un de naïf et qui obéis sans poser de questions. Un jour, alors qu'il allât chercher du pain dans la ville, il vit cette jeune fille à la robe violette. La boulangère lui dit que c’était une fille très gentille et qu'elle était adorable. Il savait que c’était la bonne, il la suivait depuis plusieurs jours. Il vit en elle le cobaye parfait, il savait que ce monstre allait l'écouter car c'était une fille naïve et il pouvait lui faire faire n'importe quoi sans qu'elle se plaigne. Après plus de 10 ans de travail sur ce corps il savait qu'elle allait devenir le monstre parfait - je vais te relâcher et tous t'expliquer mais tu devras m’obéir " Elle fit un signe de tête le scientifique appuya sur un bouton qui ouvrit une porte pour que le sujet puisse sortir elle quitta sa cage de verre avec le corbeau a ses bras l'homme lui lança une robe blanche elle la mit elle regarda son corps il avait changé. Il n'était pas très grand mais elle avait plus ses cheveux longs. Elle avait une coupe courte et horrible! Elle voulut crier mais rien de sortie de sa bouche. pourquoi s'en prendre à elle ? Et ses parents l'ont-ils cherché? Ou l'ont-ils abandonné... Il lui fessait signe de venir et elle le rejoignait, ils marchent dans un long couloir sombre. Elle vit d'autres tubes plus horribles les uns que les autres, des monstres à moitié, former un enfant avec un visage déformer, elle vit un pauvre animal mi-cerf mi-sanglier, une fille avec des membres robotisé un homme avec des organes de fer, elle eut envie de vomir en voyant les horreurs de ce long couloir. L'homme ouvrit une porte et elle y entra ils étaient dans une pièce éclairée, elle était grise et triste. Il n'y avait aucune couleur joyeuse. Seul un bureau coloré d'un vieux bois sombre décorait la pièce. l'homme la regarda tous en écrivant dans un dossier en gros était écrit " femmes-corbeaux " qu'allait-il lui faire? Elle voulut lui poser plein de questions et surtout quand allait-il l'a libéré. -tes bras sont une petite modification pour te rendre plus forte, si tu veux attaquer ou si tu es stressé ils seront noirs et tes griffes pousseront ils sont aussi acérés, et tu peux avoir des ailes mais se serais plus compliqué car tu devras te concentrer pour y arriver elles peuvent te faire voler haut et assez vite les plumes sont douces mais elles résistent à un coup de couteau. Et tes yeux... J'ai mis longtemps mais j'ai enfin réussi! Tu peux voir à travers ce corbeau! J'ai faits du bon boulot!


Du bon boulot!!?? À ses mots elle serre les dents, " je ne suis pas un objet! Je suis... un monstre! Même si elle le pense très fort, aucun mot ne sort de sa bouche. Elle regarda le corbeau et le relâcha il vola et vit une petite sortie lumineuse la jeune fille aussi car ils partagent désormer la même vue. Elle ferma les yeux et se concentra, elle veut sortir ses ailes afin de s'échapper c'est le seul moyen! Elle sentit sa peau se tendre elle eut très mal mais devait à tous pris les faire sortir! Sa peau se tend encore plus et cria de douleur. Elle vit du sang coulé sur ses jambes elle avait envie de vomir Mais continua et d'énormes ailes sorties elle cria de douleur et l'homme rigola en voyant des grandes ailes elle devait mesurer au moins un mètre ou plus ! il lui tendit un miroir elle se regarda et vit un monstre aux yeux noirs aux mains et ailes de corbeaux également noirs elle pleura, mais en voyant cette petite sortie grâce à l’œil de corbeaux, elle essaya de prendre son envol mais ses ailes étaient remplies de sang le scientifique rigola et regarda la pauvre créature se débattre elle arrivait plus à contrôler sa rage la jeune fille eut beau reprendre son souffle, un volcan bouillonner en elle. Elle lui mit un violent cou d'ailes il s'écroula au sol en hurlant et vit son monstre s’approcher de lui elle le griffa prit son visage et arrachât petit à petit sa peau, il hurla elle mit ses doigts de dans ses yeux et l'enfonça si fort que tu sens en giclait et en retirant ses doigts les yeux sont accrochés à ses griffes elle regarda d'une aire dégoutter et enleva ses horreurs de ses doigts elle lui arrachât la langue il hurla si fort qu'un employer entra dans la salle et active l'alarme. Elle le laissa et il respira avec difficulté. Pas le temps de l'achever se disais t'elle. elle réussit à prendre son envol , elle cassa la fenêtre d'où sortait la lumière et réussit à sortir mais elle entendit le bruit sourd des chiens au loin elle courut comme elle pouvait avec les ailes déplier. La pauvre fille allait vers une forêt, le corbeau la suivi en volant. Elle voulait voler mais elle en avait plus la force elle essaya d'aller le plus vite en évitant des pièges à renards elle entendit les chiens hurlant ils n'ont pas vu les pièges? Elle s'en fichait elle voulut pas savoir leur sort elle était trop occupée par le sien elle entendit les cris des hommes et des fusils elle eut peur, elle courut pendant de longues minutes et n'entendit qu'un lointain cri au loin ils ne l'avaient pas suivi jusqu'au bout de la forêt mais pourquoi? elle tombât de fatigue dans un coin sombre près d'un puits. Elle se sentit à partir, ils vont la rattraper c'est sur ou des inconnues vont la voir et que vont-ils lui faire? Elle ferma petit à petit les yeux, elle vit un homme grand aux visages blanc et lisse il n'avait pas de visage il portait un costume et une cravate elle voulut s’enfuir elle commença à ramper -pitié! Partez! Laissez-moi! Elle ne pouvait plus pleurer, elle se recroquevillât et l'homme la pris dans ses bras et la jeune fille s'évanouit. Quand elle se réveilla elle se trouva dans un lit il était si chaud... depuis quand n'avait-elle pas ressenti ça? elle bougea un peu la tête et vis son corbeau dormir à côté d'elle et vit ses ailes déployer elle s’assit et l'homme qui la sauvée se trouva à côté d'elle, la jeune fille fis un sursaut -il ne faut pas avoir peur " dit-t-il " je t'ai vu t’enfuir d'un laboratoire... tu es en sécurité ici. Que t’as-t-ils fait ? L'homme n'avait pas de visage elle tremblait et ne voulut rien dire car ça peut se retourner contre elle -j-je...euh...je sais pas... -tu es sous le choc. On en discutera plus tard. J'ai mis des tenus pour t'habiller viens me voir au salon...oh...et tu es chez moi dans un manoir ici les tueurs ou les personnes différentes sont les bienvenues tu peux rester ici tant que tu veux, c'est ta chambre une fois prête tu n'as qu'a descendre les escaliers je t’attendrais " une fois l'homme partit, elle se leva avec douleur. Le corbeau la regarda et elle eut le temps de cligner des yeux Qu'il était arriver sur son épaule comme une ombre elle le regarda et sourit -coucou toi, merci de m'avoir aidé... Sans toi, nous serions des... Je sais pas trop... Enfin bref...je vais t’appeler Shadow comme une ombre il la regarda et croassa de bonheur elle se leva et vis 2 tenues elle les prit une contenaient une robe corset, une cape, un chapeau et un masque le tout noirs, l'autre une robe simple aussi noire avec des mitaines et collant noir et blanc un nœud cheveux et un collier le tout noir aussi. Elle se concentra pour rentrer ses ailes ils sont bien sortis ils doivent se ranger? Elle les plia doucement et malgré la douleur ses ailes entrèrent dans son dos elle espère qu'ils ne lui feront plus mal, elle s'habilla et descendit et une petite fille à la robe rose lui sauta au cou elle la regardait comme si elle avait vu un héros de dessin animé la petite fille était rempli de sang l'homme sans visage chuchota à 3 garçons: ils portent tous les 3 un masque ou quelque chose pour cacher leurs visages elle entendit quelques mots -aller me cherchait son dossier dans le labo. Il doit y avoir marqué corbeaux dessus. Si vous trouvez pas, prenez tous les dossiers. Elle baissait la tête et se sentis mal. Pourquoi il veut son dossier? Pour la maltraiter? Elle savait que maintenant, il ne fallais plus faire confiance à personne. La jeune fille la regarda elle avait plein de sang et de boue étais elle maltraité? -laisse la tranquille Sally l'homme alla vers les filles et malgré son apparence, il à l'air amical -Mais je veux une copine pour jouer " la jeune fille courut et cria que quelqu'un de nouveau était arrivé elle vit des yeux la regardait elle serra son corbeau de peur -"elle est si content qu'une autre fille soit ici, je me pressente Slenderman je suis comme un père pour eux ici tu peux être qui tu veux et toi commet t’appelle tu ?" -m... " elle regarda le corbeau qui l'avait suivi et réfléchi elle ne voulait pas s’appeler par son nom car elle ne ressemblait en rien à ce qu'elle est devenu elle voulut s’appeler comme les corbeaux " Raven je m’appelle Raven Il regarda là où des ombres trop curieuse se trouvait ils chuchotaient et étaient impatients de voir la nouvelle -sois la bienvenue chez nous viens-je vais te présenter aux autres






Quelque part dans le laboratoire, une lumière resta allumée malgré la disparition du dossier femme-corbeaux qui l'embêté, l'homme se regardat dans un miroir. Ses yeux noirs en disent beaucoup sur lui -j'ai enfin des yeux! Ceux des corbeaux! Je veux te retrouver! Peux importent les modifications sur mon corps! Tu seras mon monstre! Tu te battras pour moi Manon!


Fin

https://mastersparker.deviantart.com/art/c-raven-726819196


https://rossinicrezyel.deviantart.com/art/commission-Raven-creepypasta-732722850