FANDOM


CREEPYPASTA : OBSESSION

Avant de commencer, laissez-moi vous dire cinq choses à propos de vous :

-Vous cherchiez une creepypasta qui vous ferait vibrer et vous avez trouvé celle-ci

-Vous êtes donc des amateurs de creepypastas

-Vous connaissez les creepypastas de base, Jeff The Killer, Ben Drowned, Candle Cove, Lavanville, etc.

-Vous lisez cette creepypasta

-Si les quatres faits précédents vous correspondent, cette creepypasta va terriblement vous terrifier

Et avant que la creepypasta ne commence vraiment, laissez-moi vous informer que celle-ci est 100% vraie. J'ai seulement changé les noms pour que les personnes concernées restent dans l'anonymât. Alors c'est parti. Accrochez-vous à votre coussin, fermez les lumières et préparez-vous.

Laura, une jeune fille on ne peut plus unique, était une passionnée de creepypastas. C'était sa drogue. Elle adorait les "rap battles" entre ses creepypastas préférées, fabriquait elle-même ses costumes d'Halloweeen pour imiter ses histoires, et regardait tous les soirs la même, sa préférée en fait : la musique de Lavanville. Elle le savait très bien que ça n'était pas vrai, mais quand même, le bien-être que lui procurait ce sentiment d'invulnérabilité face à quelque chose dit meurtrier, elle ne pouvait s'en passer. Avais-je précisé qu'elle avait une imagination hors du commun? Elle écrivait des histoires de tous genres, autant des drames que des aventures fantastiques, même des biographies parfois. Et son appétit insatiable pour toutes sortes de musiques avait fait d'elle une parolière sans pareil. Bien que populaire et appréciée de tous, personne ne la conaissait vraiment. Laura, c'était comme Internet ; face aux autres, elle montrait son meilleur jour, mais en réalité, Laura cachait autant de choses que le deep web en contenait. Et ses secrets étaient bien plus sombres que cette creepypasta ou toutes celles que vouz avez déjà lu.

Tout a commencé à partir en clafouti un matin. Comme je vous l'ai déjà dit, elle avait une imagination hors du commun. Et un sens de l'observation, bien, elle se rendait compte de choses évidentes assez rapidement. Bref, ce même matin, elle trainait sur des blogs malsains aux histoires à faire des cauchemars, mais elle y était tellement habitué, elle s'en moquait. Elle cherchait du nouveau, du jamais vu, quelque chose qui lui donnerait la chair de poule pendant des semaines. Ses mots précis, je m'en souviens. Pourquoi? Tout simplement parce que, en bonne amie, j'étais venue la voir et que, comme toujours, sa fenêtre était ouverte. Si j'entendais du bruit, elle était là. Et je me souviens de ses mots exacts. Les voici :

"Putain, mais toutes ces creepy sont similaires! Il m'en faut une originale, une avec une base jamais explorée, putain! Mais je les ai tous explorés les scénarios. Y a rien de nouveau, rien de créatif! À moins que j'en écrive une! Ouais, ça aurait moins de punch, mais les gens comme moi seraient tellement satisfaits! Ouaip, c'est décidé, je vais écrire la meilleure, celle qui fera flipper tous les mecs et pleurer toutes les filles. Ma creepypasta!"

Connaissant sa nature fonceuse et déterminée, je me dépêchai de la rejoindre. C'est là qu'elle m'exposa son idée. Et, pour être franche, l'idée m'effrayait un peu. Vous voyez, Laura et moi nous sommes connues sur un forum dédié à Ben Drowned. Elle avait émis l'idée d'une version de Majora's Mask inspirée de la creepy et, tout de suite charmée, je m'étais portée volontaire pour l'aider. C'était avant de réaliser notre proximité. Même lycée, même rue, même goûts musicaux, même buts dans la vie, même passions. Nous étions pareilles sans le savoir.

Une semaine avait passé et, acharnée, Laura passait de moins en moins de temps avec moi. Je lui avait offert une paire de billets pour Nickelback, l'un de ses groupes préférés, elle n'avait pas flanché. Les mois passèrent, s'écoulant aussi lentement qu'un sablier. Je me souviens de la dernière fois que je l'ai vu. La porte de sa chambre était insonorisée, tout comme ses murs. Son lit avait vraisemblablement été inutilisé pendant un sacré bout de temps, à en juger par la mince couche de poussière qui commençait s'accumuler sur ses draps. La musique de Lavanville jouait à pleine tête, ce qui pouvait expliquer l'insonorisation. Son bureau était entouré de morceaux d'alluminium, pour concentrer la lumière vers elle. Et elle. Ses cheveux étaient gras et dégoutants, ses dents jaunâtres, dûes à son manque d'hygiène évident. Elle dégageait une odeur désagréable. Mais le pire était ses yeux. Elle avait mis de la colle sur ses paupières et les avait collées à ses sourcils. Elle était cernée et pâle, maigre, sans vie. Et pourtant elle me parla. Les derniers mots qu'elle m'avait addressé, je m'en souviendrai toujours.

"Alors tu viens? On va travailler sur ce jeu! Tu n'as pas l'air de t'en souvenir! Le jeu, Majora's Mask, la version hommage à Ben Drowned. Ça ne te dis rien?"

J'étais effrayée. Ça faisait plus d'un an que nous avions terminé de travailler sur ce jeu. Mais elle, elle s'en fichait. Elle retourna à son papier et continua d'écrire n'importe quoi, des trucs illisibles. Sa creepypasta était affichée en avant d'elle, comme un trophée, tenu en place par un simple morceau de ruban adhésif. J'en profitai pour la lire. Je n'aurais jamais dû. Ce n'était plus une creepypasta, mais bien une autobiographie.

Le jour après cette rencontre, j'ai appris que ses parents l'avaient envoyé dans un asile. Et, bien qu'ayant un pincement au cœur, je me dis que c'était la meilleure chose pour elle. Encore aujourd'hui je le pense, bien que, sans mirour, je ne peux la voir. Si elle est guérie de la folie dans laquelle elle s'était plongée, je lui souhaite la meilleure vie qui soit. Mais ça me surprendrait, car je sais que sa folie n'a pas été soignée. Je ne peux pas voir Laura, pourtant je sais ce qui se passe dans sa vie en ce moment même.

Mais je sais, vu que vous avez lu ceci, vous vous attendez sûrement à ce que je vous montre sa creepypasta. Oui, à propos, je crois que vous avez déjà lu sa creepypasta. Maintenant c'est certain, vous avez lu la creepypasta de Laura au moins une fois dans votre vie. Et pour cause. Au fait, je ne me suis toujours pas présenté. Alors, si je ne monopolise pas votre temps.

Je m'appelle Laura. Je suis présentement dans un asile pour excès de zèle maladif et dédoublement de personalité. Bien que je me surnomme moi-même creepypasta. Et vous devez sûrement comprendre pourquoi, vous qui, en ce moment même, lisez mon autobiographie. Ai-je besoin de dire que, la prochaine personne comme moi pourrait être vous?

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.